Histoire(s)

Dans les réserves du Mucem : la passion du Cirque de Gustave Soury

Gustave Soury (1884-1966) est un peintre animalier et un affichiste. Passionné par le monde du Cirque et de la Fête Foraine, il a rassemblé une immense collection de photographies, cartes postales et d’affiches ; une documentation considérable permettant de retracer l’histoire des spectacles forains et circassiens entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Précisément, il s’agit de 4617 photographies, 2331 cartes postales ainsi que plus de 600 affiches de spectacles entre 1880 et 1914, qu’il lègue à sa mort au Musée National des Arts et Traditions Populaires (aujourd’hui Mucem).

Le fonds Soury, divisé en 31 albums thématiques, est entièrement numérisé et consultable gratuitement sur les bases de données du Mucem : PhoCEM (collections photographies depuis 1880) et CARPO (collections de cartes postales). On peut également naviguer dans les collections du musée directement depuis son site internet. Très bien documenté, ce fonds est une mine d’or et un voyage temporel quelques siècles en arrière…

À partir de 1850, le divertissement connait un véritable âge d’or, entrainant un développement d’une économie de loisirs. Jusqu’alors réservé aux classes aisées, les fêtes foraines, foires et cirques se multiplient et rencontrent un grand succès populaire. Une nouvelle imagerie du spectacle se met en place, forgée notamment par la lithographie en couleurs. Le cirque profite pleinement de l’amélioration des techniques de l’estampe pour diffuser ses numéros : né en Angleterre à la fin du XVIIe siècle, il se diversifie au XIXe et au XXe siècles en se dotant de ménageries, de clowns, d’acrobates, et de bien d’autres sources d’émerveillement. Cette diversité des arts forains et circassiens est parfaitement illustrée par le fonds Soury, et dans les collections du musée en général, résultat d’une politique d’acquisition pionnière menée par le MNATP dès la deuxième moitié du XXe siècle.

Ainsi, parmi les innombrables clichés vieux de deux siècles, on croise des visages « connus » : Eugen Sandow, le premier culturiste et père du culturisme moderne, les Fratellini, le trio culte de clowns italiens, ou La Goulue, célèbre danseuse de cancan immortalisée par Toulouse-Lautrec et devenue dresseuse de lions à la fin de sa vie…

L’univers forain Belle Epoque de ces photographies aux tons sépias correspond à tout un imaginaire propre au cirque traditionnel, entre l’émerveillement, le comique et l’insolite. « Cet opéra de l’œil », comme l’appelait Théophile Gautier, est à explorer dans les collections en ligne du Mucem.

Quelques liens :

La Biennale internationale des Arts du Cirque à Marseille

Histoires de cirque aux XIXe et XXe siècles, Patrick Désile et Clotilde Angleys

Alexandre SUMPF, « Le cirque à Paris »Histoire par l’image [en ligne], consulté le 08 Février 2017

Alexandre SUMPF, « La ménagerie des frères Amar : le dompteur Mustapha »Histoire par l’image [en ligne], consulté le 03 Février 2017

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s